Pages

Les "soviétiques" made in Japan

Il m'arrive très régulièrement de recevoir des questions concernant les "faux" objectifs soviétiques portant le nom "Helios".


Le but de cette page n'est pas de faire une liste de tous les faux, mais plutôt de donner des clés pour comprendre si tel objectif est un vrai ou pas.

Avant toute chose, il convient d'expliquer pourquoi ces objectifs existent.

Durant les années 80, un célèbre importateur britannique, TOE (Technical & Optical Instrument, Ltd), importait le Zenit. Observons ici l'une de ses affiches.

Source : USSRPhotos.com

On peut voir qu'il importe le Zenit EM, le Zenit TTL et le Zenit E "f/2" (sic), avec le classique Helios-44M4.

A droite, on voit une gamme d'objectifs, et on voit clairement des soviets, mais aussi des "inconnus" venus du pays du soleil levant.
On distingue sans soucis le MTO-1000, le MTO-500A, le Jupiter-21A, le Jupiter-9, le Jupiter-11A et le Tair-11A (à noter qu'ils confondent le Tair-11A avec le Jupiter-11A).
Les objectifs japonnais sont là pour compléter la gamme d'objectifs (notamment des zooms, rares en URSS) et des objectifs d'entrée de gamme 135mm ou 28mm.
TOE avait un contrat d'importation avec KMZ, mais il n'est pas certain que l'utilisation du logo ait fait partie du contrat!
Ceci étant dit, cette présentation, pour le moins floue concernant l'origine des objectifs, a contribué à l'incompréhension.

Cela dit, ces objectifs japonais, même s'ils peuvent porter le logo KMZ, se distinguent assez facilement. Voici quelques éléments à prendre en compte.

Sur la bague porte nom :

Source : http://m42lens.com
Premier élément qui saute aux yeux, le numéro de série. JAMAIS les soviétiques n'ont écrit "No." avant un numéro de série. C'est quelque chose de typiquement japonais. Les soviets ont utilisé le "N", le "№" ou rien du tout. C'est l'élément le plus simple pour "détecter" un japonais, car ça marche à tous les coups (sauf exception que je ne connais pas encore).

Ensuite, AUCUN soviet ne comporte le terme "AUTOMATIC" sur sa bague porte-nom.

Enfin, l'utilisation de la couleur pour le nom est également une tradition japonaise, en aucun cas soviétique. On trouve de la couleur sur le numéro de série du Jupiter-37A, et le MC est rouge chez Arsenal...c'est tout.


Sur le corps de l'objectif :

Tout d'abord, il est très très rare de voir un marquage des distances en "ft" (feet) sur les soviétiques. J'ai déjà vu un Helios-44-2 avec ce marquage, mais ça reste marginal. La quasi-totalité des objectifs, même destinés à l'export, un marquage en "m" (mètre).

Concernant les zoom, les soviétiques n'ont jamais produit en série de zoom "à pompe", très à la mode dans les années 80. Voici un "Helios" à pompe :

Source : Ebay.com
La focale se règle en "pompant", c'est à dire en bougeant la grosse partie grippée. On observe sur cet objectif quelque chose clairement  non-soviétique : le switch A/M est noir, et très large (à la base de la monture). Les switch soviets sont beaucoup plus petits, et couleur alu. On le voit en haut (un peu caché, désolé) sur le Zenitar-M par exemple :


Voici en gros les éléments les plus évidents pour discerner un soviétique d'un japonais.

A noter qu'il existe un Zenitar 135mm/2.8 japonais, mais le nom semble être plutôt une coïncidence, sans rapport avec TOE.

NB : Je vous invite à consulter la page dédiée aux "faux" Zenit sur zenitcamera.com.





Aucun commentaire:

Publier un commentaire